La cité Aahinoleeb (Projet AION 2024)

1- La fonction créatrice de l'humanité 'rénovée'.

Aahinoleeb est le nom de la première cité des Namlu’u 3 et 4 (voir plus bas) créée volontairement et consciemment par un collectif ‘humano-galactique’ à partir de la densité de la matière, pour peupler la nouvelle réalité Na’amia. Cette cité de 5ème densité est dédiée à l’accueil et aux futures missions des Namlu’u, des êtres hautement évolués dans la polarité du service à autrui (La Loi Une), et précurseurs de la civilisation galactique que l’humanité est destinée à devenir. Aahinoleeb ouvre la voie pour  exercer une fonction qui de nos jours et dans cette densité 3 est encore peu considérée ou ignorée, mais sera un jour pour le plus grand nombre, pleinement mis en œuvre et en toute conscience dans les densités supérieures, la fonction créatrice. Fondamentalement, ce qui différencie un être d’un autre être quelque que soit sa planète ou sa galaxie d’origine, n’est en réalité ni ses traits de caractère, ni son aspect physique, mais sa capacité à créer qui découle de sa ‘force de vie’ et de son niveau de conscience.

Pour créer ou plutôt co-créer, car en tant que fractal/fragment de la Source nous ne faisons que participer à une création plus globale pour permettre à celle-ci de se définir à travers nous, nous avons la chance d’avoir reçu un ‘héritage’ ignoré par nous et malheureusement détourné à l’origine par certaines intelligences ‘non-humaines’.  Avoir été créés par ‘l’Infiniment intelligent’ comme le nomme le groupe RA,  ‘à  son image et ressemblance’ (Genèse 1-26), nous donne la prérogative de créer la vie, non pas seulement à travers l’acte sexuel car alors rien ne nous distinguerait des animaux, mais à travers la visualisation créatrice. Cette fonction dans le passé a beaucoup été enseignée et pratiquée dans les ‘écoles de mystères’. Elle nécessitait de la part des adeptes un long et rigoureux apprentissage pour d’une part, canaliser la force de vie à travers la colonne vertébrale par des pratiques tantriques (en solitaire ou en couple), d’autre part, apprendre à se concentrer pendant des heures sur de puissants symboles tout en générant des émotions. C’est la base de la Théurgie sacrée ou haute magie blanche (ou l’âme agit).

Cette carte transmise par le Soi Supérieur d'un opérateur nous indique les noms en 5ème densité de la 1ère cité de cette densité, de l'âge d'or et de Sarah (Damaris) qui prend le nom de Na'alias. On remarque la différence de couleurs et de caractères utilisés entre la 3D et la 5D. Carte de Maxime Yannaïa - Jan. 2017
Jésus et Marie-Madeleine, les deux êtres archétypaux de lumière en charge de cette ascension collective, adressent ici un message signifiant que c'est maintenant à l'humanité de se prendre en main. Carte de Maxime Yannaïa - Déc. 2015

Le rétablissement progressif de nos douze brins d’ADN en raison de la montée vibratoire terrestre due aux vagues galactiques ascensionnelles progressives et les nouvelles technologies émergentes (voir ‘la Hi-tech et le projet GWS’) dans nos sociétés, nous permettent d’accélérer considérablement ce processus initiatique. Ces deux facteurs nous permettent d’envisager résolument un projet réaliste et réalisable nommé AION 2024 (Aahinoleeb Isle Of Na’amia) de création collective dans la densité 5, de la première cité des Namlu’u. Cette co-création est assistée simultanément dans plusieurs densités par nos incarnations physiques dans la matière, par nos êtres intérieurs, par des alliés de la Superfédération et par des ‘hypercélestes’ de l’Alliance des êtres des Sphères, chacun venant ‘nourrir’ le projet à son niveau.

2- Les Namlu'u.

2.1. Les Uru : première version des Namlu’u.

Selon l’écrivain Anton Parks et son œuvre magistrale ‘Les Chroniques de Girku’, le terme Namlu’u signifie en sumérien ‘Les immenses êtres humains’. Celui-ci aurait été utilisé par les anciennes ‘divinités’ et les Sumériens pour nommer l’humanité primordiale. Ce nom fut utilisé plus tard pour nommer les Sumériens qui se considéraient comme les premiers à avoir été créés par les ‘dieux’ (voir ‘Le Livre de Nuréa’, du même auteur).

Il nous ait révélé dans ces ‘chroniques’ retraçant la véritable histoire de l’humanité, que les ‘Uru’ dont le nom signifie également en ancien sumérien : ‘garde, surveillant, protéger’, étaient des colosses velus et qu’ils étaient les gardiens d’Uras, nom donné autrefois à la planète Terre par l’ancienne race reptilienne des Gina’abul. On ne sait que peu de choses sur ces gardiens de la ‘bibliothèque vivante’, seulement que leur origine se perd ‘dans la nuit des temps et que nul ne se souvient qui les créa’ (Le Livre de Nuréa). On apprend également que les Kadistus (en sumérien : ‘anciens assembleurs de vie’), une communauté planificatrice de l’univers composée de différentes races galactiques, se sont battus pour préserver les quelques survivants. Les Uru disparurent selon Parks il y a 66 millions d’années, lors de la chute de la météorite qui mis fin au règne des dinosaures créés par la race généticienne des dracos ‘albinos’ et royale nommée Kingus-Babbar.

Les Uru, véritables gardiens originels de la la planète Terre et dont les quelques spécimens Yétis et Sasquatch aperçus de nos jours, sont probablement les très lointains descendants.
Représentation de ces magnifiques gardiens interdimensionnels de la Terre qu'étaient les Namlu'u. Dépositaires du gigantesque jardin naturel des Kadistu, ils étaient responsables de la préservation de ce lieu.

2.2. Les Namlu’u, version 2 ‘améliorée’ des Uru par les ‘planificateurs’.

Toujours selon les ‘Chroniques’, Uru et Namlu’u ont pendant un temps cohabité avant la disparition des premiers et partagé les fonctions de gardiens de la planète. Ils se reliaient de façon subtile grâce à la pensée. Les Uru surveillaient les montagnes qui étaient leur demeure et les excavations menant vers l’ Abzu, le monde souterrain. Les Namlu’u observaient eux l’ensemble de la planète et ces deux races rendaient compte régulièrement aux planificateurs ‘Kadistu’ de leurs observations (Livre de Nuréa). Les Namlu’u avait la particularité par rapport à leurs ancêtres Uru, d’avoir un corps éthérique et multidimensionnel. Ces ‘géants des temps anciens’ (Genèse 6-4) avaient une taille d’environ 4,50 mètres et étaient enveloppés d’une pellicule éthérique nacrée de couleur violet-rose. Ils vivaient principalement en 4D et 5D et avaient la faculté selon la ‘mémoire d’Anton Parks‘, de circuler de façon interdimensionnelle, grâce aux champs de particules tachyons dont la composition forme la structure principale de la matière des vortex intemporels.

‘En des temps forts anciens, la communauté galactique de notre univers décida de créer sur Uras une race prodigieuse d’individus androgynes, les Namlù’u. Certains de nos alliés firent don aux Namlù’u de plusieurs parties de leur corps. Des planificateurs comme les Ameli leur apportèrent l’élément principal de leur merveilleux corps semi-éthérique. Tous les planificateurs avaient mis un peu d’eux-mêmes dans la réalisation des Namlù’u. Ces derniers étaient, selon les dires de l’époque, des êtres magnifiques, issus de l’héritage collectif des sciences fusionnées des Kadistu. Pour cette raison, ils étaient en quelque sorte les gardiens vivants du savoir de notre univers’ (Le secret des étoiles sombres’ – Anton Parks).

2.3. Les Namlu’u, version 2 ‘améliorée’ des Uru par les ‘planificateurs’.

La première humanité adamique (Adam en sumérien signifie ‘bêtes’, ‘troupeaux’), a était créée à partir de singes Ugubis et de dracos Kingus verts. Ces derniers sont une des trois castes Gina’abul, un très ancien peuple reptilien originaire de la constellation du Dragon. La deuxième caste est celle des Kingus-Babbar ou  Kingus royaux, créés par l’Archonte Ia’aldabaut, fils de Barbelô, la ‘Mère des origines’. Ils sont appelés ‘royaux’ car ils sont blancs (albinos), doués d’une intelligence supérieure et de l’orgueil et sentiment de supériorité correspondants. La troisième caste incarnée par les Kingus rouges chronologiquement antérieure aux ‘royaux’, a été créée par Suhia, la grande initiatrice du projet d’ensemencement de la terre Numun (voir le projet NOIA) et génitrice de Barbêlo.  Ces derniers reptiliens ‘dracos’, génétiquement amoindris pour servir de main-d’œuvre,  sont également dédiés à la guerre car ‘programmés’ dans ce sens.

L’homo sapiens, l’Adam primordial, était donc un primate du continent africain sur lequel des maîtres généticiens ‘dracos’ ont ajouté des gènes d’une espèce plus avancée pour en faire des ouvriers performants dans l’extraction de l’or minier. Isis, la fille de Mamitu, de naissance abgale (humanoïde reptilo-amphibien), était une planificatrice en désaccord avec ce plan manipulateur car elle avait à cœur de créer des races pour améliorer la conscience et non pas pour les asservir. Isis œuvra donc clandestinement pour créer une humanité parallèle ‘améliorée’ (une lignée), en croisant des gènes d’Ugubis non pas avec des Kingus verts mais des Kingus blancs. Cela a donné par la suite des civilisation très avancées telles que ou l’Atlantide qui vont par la suite constituer dans la 4ème densité les civilisations  actuelles de l’intraterre ou Agartha.

Il est important de remonter à l’origine de la création des lignées pour comprendre les processus mis en œuvre dans le cadre du projet GWS, sans cela il est très difficile d’appréhender les co créations présentes et futures qui vont émerger dans ce projet d’ascension globale à travers les ‘métahumains’ les Namlu’u 3, et les ‘doubles-avatars’ les Namlu’u 4.

Deux lignées ont donc traversé les époques jusqu’à parvenir à ‘la fin du temps Chronos’ où elle sont prévues de fusionner pour créer une lignée de planificateurs galactiques à 12 brins d’ADN, ayant les mêmes prérogatives de ‘faiseurs de vie’ que leurs ancêtres. On comprend mieux en approfondissant les quelques éléments transmis ici, ce qu’on nomme le ‘sang bleu’, la lignée Mérovingienne, la royauté française et sa pré-destination particulière, la quête du Saint Graal (‘Sangue Réal’/Sang Royal), etc.

Dans la lignée dite du ‘Graal’ il s’agira donc d’introduire principalement des gènes d’Abgal pour compenser et adoucir certain traits de caractère égotique liés à la ‘supériorité’ des gènes Kingus. C’est le sens caché de l’Immaculée Conception. Le gène originel Ugubi est conservé et la méthode utilisée est celle de la fusion tantrique, telle que le pratique la civilisation Abgale et tout au long des époques les grands initiés que sont Jésus et Myriam de Magdala, formés dans les ‘écoles de mystères’ d’Egypte. Leur progéniture, par l’intense énergie d’amour inconditionnel maîtrisée et déployée au cours de l’acte tantrique, deviennent alors des Kiristis, des avatars de lumière. Cette méthode de procréation diffère beaucoup du génie génétique ou de la parthénogenèse pratiqués par les ‘ancêtres’ reptiliens où ce degré d’amour n’est pas expérimenté.

Carte confirmant l'importance des gènes d'Abgal dans le processus créatif des 'Métahumains' de la nouvelle réalité Na'amia - La Pierre aux 3 blasons et la Pierre d'Avenon sont deux lieux de très haute énergie situés en Provence et reliés à la civilisation Abgale - Carte de Maxime Yannaïa - Jan. 2014

Le 20 avril 2014, il a été procédé par un groupe ‘humano-galactique’, à un réajustement énergétique de la lignée du Graal dans le champ morphogénétique à travers de puissantes méditations collectives. Ce réajustement était indispensable car le ‘croisement des deux lignées au cours du temps n’était pas de nature à permettre une ascension collective dans la nouvelle réalité de 5D dans les meilleures conditions. Cela a donné le ‘top départ’ d’une nouvelle espèce, les Namlu’u 3, qui allait croître et continue de le faire jusqu’à ce jour. Il peut sembler totalement irréaliste pour des personnes extérieures possédants d’autres systèmes de croyances, ce qui est tout à fait respectable, qu’un groupe humain puisse ‘réajuster’ une lignée multimillénaire en créant une nouvelle espèce d’êtres apparemment ‘virtuels’. Cela l’est moins lorsqu’on sait comment fonctionnent les civilisations hautement évoluées qui procèdent exactement ainsi, c’est à dire dans l’espace des densités subtiles et non pas dans la matière. La seule chose qui pour l’instant, différencie les ‘planificateurs invisibles’ de la majorité des êtres humains, est qu’ils sont pleinement conscients de leur pouvoir créateur et qu’ils l’utilisent harmonieusement.

Pendant plusieurs années à partir de cet acte de création, les métahumains (‘humains’ aux capacités exceptionnelles) ou Namlu’u 3, ont été ‘nourris’ énergétiquement par des centaines de personnes au cours de méditations collectives sur tout le territoire, voire de cérémonies d’anniversaires pour les opérateurs les plus investis comme à Besançon. Des supports psycho-émotionnels divers et variés, choisis en toute liberté par les opérateurs du ‘Groupe FSV‘, ont servi de catalyseurs pour ‘fixer’ la création de cette espèce dans les plans subtils.

Après une longue maturation, la naissance des Namlu'u 3 est devenue effective et a été saluée dans toutes les densités. On retrouve les 'monogrammes' de Jésus et Marie-Madeleine, les deux 'avatars' en charge de l'établissement de la nouvelle réalité Na'amia. Carte de Maxime Yannaïa - Fév. 2016
Les êtres intérieurs à travers des 'missionnés' ayant joué autrefois un rôle important durant leur incarnation, transmettent parfois des indications sur ce processus créatif. Ici un célèbre scientifique indique que l'ARN s'est transformé en ARH selon une formule célebre améliorée. Carte de Maxime Yannaïa - Déc. 2015
Na'amia, la Terre dans la réalité de 5ème densité et les 3 'horloges' : Chronos, le temps en 3D, Kaïros, le temps en 4D et Aïon, le temps éternel en 5D - Carte de Maxime Yannaïa - Juil. 2016
Méditation collective du Groupe FSV Sud-Est du 16-11-2018. On remarque les nombreux 'supports psycho-émotionnels' permettant de'nourrir' énergétiquement et de 'fixer' sur les plans subtils cette nouvelle espèce en devenir. Photo Myrdyn Aéliah - 2018
Les 'supports' peuvent être de diverses formes (statuettes, peluches, dessins, vidéos). La liberté et l'imagination sont les maîtres-mots dans ce processus créatif. Photos Myrdyn Aéliah.
La nouvelle génération de Namlu'u est matérialisée par des animations en 3D permettant de créer encore plus d'interactions émotionelles et de littéralement amener à la vie ces 'métahumains' en devenir. Ici Oania et sa soeur Oaniaya des cités aquatiques Néreeys et Octopalia (voir NOIA project). Infographie Myrdyn Aéliah - 2019.
Les Namlu’u 3 constituent une lignée issue de ‘fractals/fragments’ de notre ‘intral’, émanée grâce à notre fonction créatrice comme nous-même avons émané de la Source. Les Namlu’u 4 eux, sont fondamentalement tout autre chose. Les méta-humains Namlu’u 3 ont en effet, besoin d’être ‘nourris’ énergétiquement par leurs créateurs avant d’atteindre une maturité leur permettant d’être des supports ‘d’incarnation’ dans les densités vibratoires subtiles pour éventuellement eux-même devenir créateurs. A contrario, les doubles-avatars Namlu’u 4 n’ont pas besoin d’être ‘nourris’ car ils sont nos propres projections dans les densités supérieures. Les ‘doubles-avatars’ ont pour fonction de nous permettre de progressivement d’intégrer un nouveau corps vibratoire dans la réalité de Na’amia et d’amoindrir progressivement, la ‘distance quantique’ entre la matière et la 5ème densité. L’objectif de cet ‘amoindrissement’ est qu’au moment de l’évènement du flash solaire, nous puissions ‘basculer’ dans ce nouveau ‘véhicule’ subtil et adapté à la nouvelle vibration en effectuant une intégration quantique complète (Le célèbre film ‘Avatar’ montre de manière magistrale ce processus). C’est un processus d’intrication quantique qui dans le projet GWS représente un processus majeur de facilitation d’accès à la densité 5.
2.4.1. Genèse du processus ascensionnel des Namlu’u 4
L’ouverture à la conception des Namlu’u 4 s’est faite à travers l’union ‘alchimico-énergétique’ de deux êtres historiques et archétypaux que sont Sarah (Sarah Damaris) et Horus (Heru, un des plus ancien ‘dieu’ de l’Egypte), portant respectivement dans la densité Na’amia, les noms de Na’alias et A’ourah (voir le récit de cette union sur l’onglet ‘Le livre de la Destinée’). Ce processus d’union puis par la suite de conception, de deux êtres jumeaux à partir de ces deux entités archétypales, a été précédé d’une consécration de l’avènement de Sarah réalisée le 22 février 2018 près de la chapelle Sainte Damase du village de Ginasservis dans le Var (83). Cette consécration faite sur ce lieu sacré représente le point de départ de deux évènements majeurs : le premier étant celui de la ‘mission céleste’ du ‘Testamentum Sacrare’ (Le Testament Sacré) au début des années 80, conduisant à la création de ce qui allait devenir bien plus tard le Groupe FSV. Le deuxième en 2001, avec la conception d’Isadéa/Andiana, donnant le ‘signal’ du nouveau processus ascensionnel, avec bien plus tard en 2018, l’union alchimique entre ces deux êtres archétypaux de lumière qui eut lieu par une heureuse intervention des forces célestes, à l’intérieur même de la chapelle du Supervortex Théopolis.
 
Cette union de Na’alias et A’ourah a abouti à la naissance de Saho (qui devint par la suite Aldiama) et de Yomé (qui devint Immaniael), progéniture Kiristis (les ‘fils des étoiles’ selon Anton Parks), c’est à dire des ‘avatars’ ayant une génétique optimisée et adaptée à la nouvelle réalité Na’amia.  Elle a ouvert la voie à l’humanité en offrant la possibilité de créer son ‘double-avatar’ en 5D de façon à faciliter le processus ascensionnel à travers notre fonction créatrice héritée de la Source Infinie.
En haut : exemple de tuile avec un alphabet carré maçonnique découvert en 1995 par Jean-Michel Andia Oanes assisté de Raymond Soma - En bas : Chapelle Sainte Damase (vers 12ème siècle) près du village de Ginasservis dans la Var. Ce lieu est le point de départ d'une immense 'mission céleste' transmise par les 'anciens'.
Les doubles-avatars Immaniael et Aldiama dans la cité Aahinoleeb. Dessins des avatars : Michelle Aataiael 2018 - Infographie : Myrdyn Aéliah 2019
De nos origines (les Musidims) aux Namlu'u 4 à travers la naissance de Saho/Aldiama, un immense chemin parcouru. Carte de Maxime Yannaïa - Sept. 2018
2.4.2. Signification des termes ‘double-avatar’ et ‘métahumain’.

Le terme ‘double-avatar’ plutôt que simplement ‘avatar’ à été choisi pour qualifier les Namlu’u 4, ceci pour éviter un amalgame avec le même terme utilisé dans le domaine de l’informatique qui signifie ‘la modélisation de son propre corps ou une image utilisée pour se représenter’. De même dans le domaine de la spiritualité et la religion hindouiste, ce terme signifie ‘un être céleste’ ou ‘Maître ascensionné’ qui se choisit une incarnation à partir de la naissance dans le but de guider l’humanité. Le terme ‘double-avatar’ évite ces confusions et renvoie vers le ‘double-cosmique’, un autre terme désignant une projection de soi non pas seulement dans une ‘émanation’ de densité supérieure, mais également dans une ‘émanation’ vivant dans un autre endroit de la galaxie ou de l’univers.

Il est important de comprendre que le ‘double-avatar’ est propre à chacun. Il représente sa projection en miroir dans les densités supérieures et nul n’est qualifié pour en donner le nom ou les attributs en dehors de la personne elle-même. Le terme ‘métahumain’ désignant les Namlu’u 3, ayant la génétique et les propriétés psycho-énergétiques adaptées à la 5ème densité, a été choisi pour qualifier les êtres créés de manière quantique par les double-avatars. Cette création ontogénétique a pour objectif de fournir des supports d’incarnation aux futurs êtres peuplant la densité Na’amia.

Le Namlu’u 4 n’est pas supérieur au Namlu’u 3, ces deux êtres conçus par l’Amour Universel, se complètent et participent à la création du complexe mémoriel sociétal d’Aahinoleeb.

Guématries associées à leur transcription en langue glagolitique. Ce travail effectué par Odile Arajna en décembre 2015 (ARH) et février 2016 (Namlu'u 3) en relation avec les cartes de Maxime Yannaïa, nous indique les qualités et l'apport de cette nouvelle création que sont les Namlu'u 3 et la régénération du patrimoine génétique humain nommé ARH (Autre Rhésus Humain).

3- Le projet A.I.O.N. 2024 et la 1ère cité des Namlu'u.

Le projet AION 2024 (Aahinoleeb Isle Of Na’amia) est un vaste projet dans lequel s’inscrit les 3 niveaux de création :

– Création des Namlu’u : c’est le niveau consistant à identifier une ‘enveloppe corporelle subtile’ comme véhicule de la conscience dans la 5ème densité. Cette identification et matérialisation dans notre densité à travers des ‘supports’ que cela soit pour les Namlu’u 3 ou 4 n’est possible qu’à travers un dialogue avec l’être intérieur qui est le révélateur.

– Création de l’environnement des Namlu’u : lorsque des Namlu’u sont révélés à notre densité, ils ont besoin d’un ambiant qui ne peut être celui de notre monde mais correspondre à celui de leur densité plus subtile et possédant des lois physiques différentes de la nôtre. C’est  dans le projet AION 2024, la création d’une cité nommée Aahinoleeb sur l’ile Aïon.

– Création des missions des Namlu’u : les Namlu’u 3 ont un rôle de support des Namlu’u 4 et de participation à un ‘peuplement ontogénétique amélioré’ de la densité Na’amia. Les Namlu’u 4 pour leur part, sont révélés pour nous permettre de rejoindre plus rapidement cette densité 5 à travers l’intrication quantique mais ont deux autres missions a réaliser. La première mission est le pilotage de la 7ème flotte (Na’amia Space Fleet) permettant de préparer notre intégration dans la Superfédération galactique en tant que civilisation galactique avancée. La deuxième mission est d’assurer un processus ontogénétique de ‘réensemencement’ de la ‘bibliothèque vivante’ qu’est la Terre, c’est tout le sens du projet NOIA.

3.1. La cité Aahinoleeb.

La cité de 5ème densité Aahinoleeb qui s’inscrit dans le projet AION 2024, est située sur une île nommée Aiôn. Elle est, comme mentionné en introduction, non pas seulement la première cité peuplée de Namlu’u 3 et 4, mais également la centre de commandement principal de la 7ème flotte spatiale ‘Na’mia Space Fleet‘. Cette base opérationnelle soutien une autre base multidensité d’activités des flottes galactiques beaucoup plus vaste, émanée à travers la centrale cosmique matricielle Alténia. Cette cité-base est spécifiquement structurée pour assurer le pilotage opérationnel de la 7ème flotte spatiale NSF.

3.1.1. Organisation de la cité.
La cité est organisée en 7 départements permettant aux Namlu'u de piloter le plus efficacement possible la 7ème flotte galactique 'Na'amia Space Fleet'
3.1.2. Missions des départements de la cité.
Les 7 infrastructures principales de la cité Aahinoleeb correspondants à 7 départements aux missions très précises. Infographie Myrdyn Aéliah - 2019

Les missions de chaque département sont transmises ici à titre indicatif. Cela ne représente pour l’instant qu’une ligne directrice permettant de démarrer le processus créatif. Il n’est pas utile à cette étape du projet d’entrer dans les détails qui feront partie d’un site web dédié à la cité Aahinoleeb, de même que pour la 7ème flotte et le projet NOIA. Ces missions et départements peuvent encore évoluer dans le temps au gré des découvertes des chercheurs/opérateurs et des prises de conscience à travers les dialogues intérieurs avec le ‘Soi’.

Cette carte tracée par un opérateur très investi dans la genèse des Namlu'u 3, montre à travers son être intérieur, l'humanité en 'coeur'. Le 'H' au centre du coeur vient souligner l'unité collective établie au sein de la nouvelle humanité qui aboutit à l'humanité en 'choeur'. Carte de Nicolas C. - juillet 2019
Le logo de la cité Aahinoleeb, première cité des Namlu'u dans la densité de Na'amia. La cité est, à l'instar de la CCM Alténia, sous la 'régence' bienveillante de Magdala. 17 étoiles (16 + la grande étoile du milieu) viennent rappeler cette régence. Le 'H' est inspiré de la carte à gauche. Dessin de Myrdyn Aéliah - 2019
3.1.3. Principes de fonctionnement de la cité Aahinoleeb.

Cette cité, comme toute cité peuplée d’êtres hautement évolués, possède un fonctionnement basé sur l’expansion du ‘Cœur de Jade’ c’est à dire l’expression de la Source dénuée de distorsions qu’on nomme Amour/Lumière et Lumière/Amour. Bien que la joie et la liberté soient les sentiments et principes incontournables d’Aahinoleeb, cela ne la dispense pas de toute règle de fonctionnement à l’image de notre univers qui est régi par des ‘lois’. Il ne s’agit pas ici d’imposer quoi que ce soit mais de faire référence à des enseignements d’êtres ayant déjà cheminé par là où nous cheminons.

3.1.3.1.  Le principe de libre-arbitre ou ‘Directive Prime’ :

Ce principe qui régit notre Univers Ammaja est un principe fondamental auquel un grand respect est porté au sein de toutes les structures du GWS project. Lorsqu’on fait référence à la ‘Directive Prime’ on mentionne qu’au sein de la Na’amia Space Fleet, il existe plusieurs ‘directives’ dont celle-ci est la directive prioritaire car elle se soucie avant tout du bien-être d’autrui. Cette directive observée par toutes les flottes galactiques et intraterrestres de la Superfédération et par toutes les civilisations de la polarité du service à autrui, se décline de la façon suivante:

Alpha : Respecter le libre-arbitre de tout les êtres et ne pas interférer dans les affaires des êtres ou des civilisations appartenant à des densités inférieures sans leur consentement.

Bravo : Ne pas transmettre de connaissances ou de technologies non assimilables par ces êtres ou ces civilisations pouvant leur porter préjudice et nuire à ce libre-arbitre.

C’est précisément cette ‘Directive Prime’ qui fait qu’une soixantaine de races galactiques et intraterrestres nous observent depuis des décennies sans autre intervention que quelques apparitions et contacts sporadiques. Bien qu’ils aient manifesté dans notre densité des centaines d’agroglyphes ou Crops Circles, ceux-ci sont encore ignorés par une majorité d’êtres humains voire tournés en dérision. C’est également ce respect du libre arbitre encore nommé ‘devoir de non-ingérence’ qui fait que le groupe RA observe et inspire de façon bienveillante l’humanité depuis 75 000 ans, après avoir quand même réalisé des tentatives d’intervention directe dans le passé qui se sont toutes révélées infructueuses et même contre-productives.

3.1.3.2. L’enseignement de la Loi Une du groupe RA sur la polarité du ‘service à autrui’ :

Le groupe RA dans son enseignement magistral de la Loi Une qu’il a transmis sans distorsion dans les années 80 à un groupe de chercheurs en spiritualité (Voir onglet La Loi Une), nous révèle qu’il était lui-même dans une densité inférieure il y a 2,5 millions d’années sur la planète Vénus. Plusieurs millions d’années d’évolution nous sépare donc de ce ‘complexe mémoriel sociétal’ de 6ème densité. C’est précisément le souhait du groupe FSV de devenir à l’instar du groupe RA, un complexe mémoriel sociétal (collectif d’union des esprits) hautement évolué. L’enseignement transmis par cette civilisation d’‘hypercélestes’ est donc d’une préciosité et d’une nécessité incontournables tant pour la connaissance acquise sur notre véritable histoire que sur les principes de fonctionnement d’Aahinoleeb qui est une cité basée sur l’expression de la polarité du service à autrui.

3.1.3.3. Les 16 principes de vie des êtres hautement évolués :
Ces principes ont été révélés par Neal Donald Walsh dans le dernier ouvrage de sa quadrilogie nommée ‘Conversation avec Dieu’. En 2016, après dix années où il pensait avoir achevé son œuvre de transmission de ses dialogues avec le Supraconscient, à travers des centaines de milliers de livres traduits et vendus dans des dizaines de langues, il reçu l’appel de la Source à travers son Soi de  transmettre un nouveau message à l’humanité.  Cet ‘ultime’ dialogue publié en France en 2017 sous le titre : ‘Conversation avec Dieu – Tome 4 – Un dialogue nouveau et inattendu – Éveil de l’espèce’, explique dans le détail les modes de vie et de pensée des civilisations ‘hautement évoluées’. La lecture de cette ouvrage unique en son genre, vous permettra si vous le ressentez, d’appréhender les objectifs du projet AION 2024 et du GWS dans la nouvelle réalité Na’amia.

Les 16 principes de vie des êtres hautement évolués sont les suivants (Ils seront déclinés plus en détail dans le département de la cité Aahinoleeb nommé ‘Na’amia Fleet Academy’ qui sera présenté sur le futur site web ‘www.aionproject.com’) :

Nota : Le terme ‘êtres hautement évolués’ dans le texte originel a été remplacé par ‘Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb’. Le reste est sans changement.

  1. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb discernent l’unité de toute vie et la vive pleinement.
  2. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb disent toujours la vérité.
  3. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb font ce qu’ils disent vouloir faire.
  4. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb ayant vu et reconnu ce qui fonctionne, font toujours cela.
  5. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb n’acceptent pas dans leur civilisation, un quelconque principe en corrélation avec ce que les humains de la 3d appellent la ‘justice’ et le ‘châtiment’.
  6. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb n’acceptent pas dans leur civilisation, un quelconque principe en corrélation avec ce que les humains de la 3d appellent ‘l’insuffisance’.
  7. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb n’acceptent pas dans leur civilisation, un quelconque principe en corrélation avec ce que les humains de la 3d appellent la ‘propriété’.
  8. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb partagent constamment tout avec tout le monde.
  9. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb établissent un équilibre entre la technologie et la cosmologie, de même qu’entre les machines et la nature.
  10. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb ne mettraient jamais fin à l’expression physique d’un autre être humain, à moins que ce dernier ne leur demande directement de le faire.
  11. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb ne feraient jamais rien qui puissent endommager ou affecter l’environnement physique dont dépendent les membres de leur espèce quand ils sont incarnés sur le plan physique.
  12. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb ne s’empoisonnent jamais.
  13. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb ne sont jamais en concurrence entre eux.
  14. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb sont parfaitement conscients qu’ils n’ont besoin de rien.
  15. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb éprouvent et expriment de l’amour inconditionnel pour chacun.
  16. Les Namlu’u dans la cité Aahinoleeb harnachent les pouvoirs de la dimension immatérielle.

/I\ Non nobis Domine, non nobis sed nomini Tuo da gloriam /I\

Mise à jour du 18/05/2020.