Les technologies scalaires

Les ondes scalaires... Qu'est-ce-que c'est ?

L’être humain se nourrit en permanence à partir de l’énergie des 4 éléments. Il le fait à travers l’élément terre avec les produits qu’il ingère, à travers l’élément air par sa respiration, à travers l’élément eau qu’il boit et à travers l’élément feu grâce à la lumière ou ‘prana‘ qu’il absorbe. Cette lumière se divise en deux catégories d’énergie ; celle de l’électromagnétisme et celle des ondes scalaires. La science au cours du siècle dernier a surtout étudié l’électromagnétisme qui a pu scientifiquement être mis en évidence et mesuré par des chercheurs tels que Heinrich Hertz, qui se sont focalisés sur la lumière en tant qu’ondes du spectre solaire, ondes radio, micro-ondes, etc.

Un autre chercheur surdoué Nikola Tesla à la même époque, mis en évidence une autre forme d’expression de l’énergie de la lumière ; ce rayonnement au lieu d’évoluer comme des ondes électro-magnétiques selon une double sinusoïde, évoluait sous la forme d’un vortex. Ces ondes qui donc ne propagent pas une vibration électromagnétique dans l’espace selon un plan perpendiculaire à sa direction, mais dans la même direction et avec une vibration plus subtile, ont été nommées ‘scalaires’.  Ce nom a été donné en référence aux ‘produits scalaires’ utilisés en mathématique permettant de calculer ces ondes, car elles sont essentiellement caractérisées par leur grandeur (magnitude) qui est un scalaire, et de leur direction. La science officielle en raison de son incapacité à ce jour à mesurer scientifiquement ces ondes, n’en reconnaît pas encore l’existence

Ci-dessus : le spectre des ondes électro-magnétiques scientifiquement mesurables et connues depuis environ 150 ans. Ci-dessous : les ondes émises par la technologie humaine, qui portent préjudice à l’homme, sont polarisées verticalement (d'où la position verticale des antennes relais).
En haut : ondes naturelles propices à la vie car polarisées horizontalement. En bas : mouvement des ondes scalaires issues du basculement de polarisation verticale / horizontale. Au milieu : génération du champ scalaire par la superposition des ondes concentriques convergentes et divergentes.
Différence entre polarisation horizontale et verticale d’un onde électromagnétique (EM).

Les ondes à polarisation verticale sont en opposition de phase avec les ondes du vivant, elles perturbent le barrage des électrons et le fragile équilibre des réseaux de communications micro-électriques du noyau des cellules de tous les organismes vivants, selon le pionnier de la bio-électronique Louis-Claude Vincent. Cette perturbation ou altération du vivant aussi infime soit-elle, est très complexe car elle est régie par toutes les lois de la physique. Les ondes à polarisation verticale sont donc disharmoniques car elles s’opposent à un plan de polarisation horizontale qui lui correspond au pattern de la nature (mouvement du serpent lorsqu’il se déplace – voir schéma ci-dessus).

Principe de fonctionnement des ‘générateurs’ de champs scalaires.

Lorsqu’un générateur de fréquence à polarisation horizontale (bénéfique) rencontre une énergie  électromagnétique à polarisation verticale (pathologique), il crée un basculement et par association une onde polarisée circulairement (schéma ci-dessus). Le basculement de polarisation vertical/horizontal opéré par ce générateur scalaire, va créer sur le plan horizontal une superposition d’ondes concentriques convergentes (de la périphérie vers le centre) et d’ondes concentriques divergentes (du centre à la périphérie). C’est précisément à leurs points de rencontre en se superposant que vont être générées des ondes scalaires. 

La définition d’une onde scalaire pourrait donc être la suivante : c’est le produit de la superposition du mouvement simultané et de sens opposé, d’une onde EM ayant une propagation concentrique convergente avec une autre onde EM identique mais à la propagation divergente.

Un champ scalaire serait donc une superposition d’état d’ondes électromagnétiques permettant à travers ce processus, d’augmenter l’amplitude des ondes et l’énergie en leur centre, ayant une polarisation circulaire (vortex) et se propageant dans le vide en traversant toute matière, contrairement aux ondes EM qui peuvent être complètement stoppées ou absorbées selon l’objet traversé.

Les générateurs de champs scalaires ‘corrigent’ les ondes EM en les mettant en phase avec l’énergie du ‘vivant’ ou énergie de la Source.

Cet article de Nikola Tesla publié en 1911 dans un journal américain, montre à travers les quelques extraits traduits ci-dessus, l'imagination créatrice hors-norme de ce chercheur et sa capacité à percevoir les possibilités des champs scalaires bien avant tout autre.

Pourquoi utiliser des technologies scalaires dans le projet GWS ?

Il existe sur le marché de très nombreuses technologies pouvant produire des champs scalaires depuis des pendentifs ayant reçu un traitement électrolytique adapté jusqu’à des appareils électroniques de plusieurs milliers d’euros. Lorsque l’on se lance dans l’étude et l’expérimentation de ce genre de technologie on doit bien évidemment faire preuve de discernement face aux offres proposées et aux miracles supposés qui sont mis en avant. Le premier principe à retenir est que ces technologies agissent selon le principe de physique quantique postulant que tout observateur influera via sa conscience sur l’objet observé. Ce n’est pas un effet placébo mais bien un fait avéré par l’expérimentation que l’efficacité d’un générateur de champs scalaire dépendra de la conscience de celui qui le portera ou l’utilisera. Sachant cela l’argument ‘ça ne marche’ pas ou ‘c’est pas prouvé’ pouvant être avancé par les éternels sceptiques, n’ayant souvent jamais expérimenté, ne peut entrer en ligne de compte. Il s’agit d’une technologie de la conscience où le ‘clair ressenti’ et le dialogue avec ‘l’être intérieur’ sont les meilleurs alliés pour se faire une opinion relativement objective de l’efficacité de ces outils. Ceci, en attendant que la science officielle découvre un jour les moyens de pouvoir mettre en évidence et mesurer ces ondes scalaires.

L’axe de travail qui a été mené depuis de nombreuses années dans le cadre du projet GWS, qui vous est très succinctement présenté ici, est celui de l’expérimentation de chaque outil et de l’association intelligente de ces outils. En effet, la particularité de la recherche menée par les opérateurs du ‘Groupe FSV‘, recherche incessante de nouveaux outils et de perpétuelle amélioration, est celle d’associer des générateurs entre-eux et d’en faire un ensemble cohérent. Ce système scalaire devenu cohérent après de très nombreuses expérimentations et baptisé MISC (décrit plus bas), est utilisé à ce jour au cours des méditations collectives extérieures ou intérieures du ‘Groupe FSV Sud-Est’, ce qui n’empêche pas les autres groupes par effet de résonance de bénéficier de l’onde générée. Cette technologie de la conscience permet entre-autres, d’optimiser le temps de ‘mise en alpha’ et le déploiement d’un champ scalaire bénéfique pour le vivant de plusieurs centaines de kilomètres avec un nombre très restreint de méditants.

Il serait tout à fait inapproprié de contacter l’administrateur de ce site dans le but d’une vente quelconque ou même d’obtenir de ‘bonnes adresses’. L’objectif ici est de présenter un outil collectif issu d’un travail collectif d’humbles chercheurs/opérateurs, qui ne souhaitent qu’agir au mieux pour permettre une ascension collective de l’humanité dans la densité supérieure et dans la meilleure et la plus heureuse perspective possible.

Quelles sont les fréquences utilisées dans ces technologies ?

Les fréquences émises et utilisées dans les générateurs de champs scalaires sont généralement dans les gammes des extrêmement basses fréquences (ELF – Extremely Low frequencies : 3 à 30 Hz),  des super basses fréquences (Super Low Frequencies : 30 à 300 Hz) et des Ultra basses fréquences (ULF – Ultra Low Frequencies : 300 à 3000 Hz). Quelques-unes de ces fréquences ont en effet une action sur le rythme cérébral qui lui même oscille entre 0,1 Hz (ondes delta) et 100 Hz (ondes gamma). De même, notre planète Gaïa a des fréquences sonores naturelles dénommées résonances de Schumann. Ces résonances se forment dans l’ionosphère et produisent des basses fréquences en fonction des perturbations météorologiques avec une fréquence de base à 7,83 hz jusqu’à des pics pouvant atteindre 45 hz. Plusieurs scientifiques ont clairement établi une corrélation entre les résonances de  Schumann et les rythmes du cerveau et ont trouvé des preuves indiquant que la santé et le comportement humain semblent être affectés par les changements survenant dans ces résonances. 

LE SOLFEGGIO ou Solfège sacré

Ce solfège de 9 fréquences fait référence au solfège considéré comme ‘sacré’ sur la base de l’accord pythagoricien, une théorisation de la gamme heptatonique dans l’harmonie des sphères. Il existe tout un débat entre les partisans de ce solfège qui serait basé sur les travaux de Tesla et du LA 432 Hz en remplacement de l’historique et traditionnel LA 440 Hz, et leurs détracteurs. Chacun se positionnant soit en éveillé, soit en sonologue expert ou en sonothérapeuthe, il n’est pas là question d’entrer dans ce débat stérile mais simplement d’évoquer que ça existe et que chacun est libre de faire son expérience et de laisser son être intérieur le guider sur la fréquence adaptée à son besoin et sa démarche.

En haut : les fréquences cérébrales. En bas : le solfeggio et les 9 tonalités réputées guérisseuses.
Extrait d'un article de journal révélant la découverte d'une équipe scientifique ayant expérimenté et obtenu d'excellents résultats pour le traitement de la maladie d'Alzheimer, en utilisant sur des souris la fréquence 40 hz .
Cartes de Maxime Yannaïa - Juil. 2012 et jan. 2013 - Les fréquences bénéfiques transmises sur des cartes par l'être intérieur. En haut : en se focalisant sur le chakra Estar (nuque), les fréquences 4hz, 8Hz et 12Hz, permettent respectivement d'activer la vision multidimensionnelle, les soins de l'âme et le passage multidimensionnel de la conscience. En bas : de la même façon, il est révélé ici que la fréquence 39 hz reliée à Marie-Madeleine, permet de s'ouvrir aux énergies stellaires et cosmiques.

Le MISC (Massive Interdensity Scalar Cannon) version 1.1 (sept. 2019).

Le MISC qui signifie en français ‘Canon scalaire de masse inter-densité ‘, est un outil régulièrement utilisé par le ‘Groupe FSV Sud-Est’ depuis mai 2018. Il a été testé dans des conditions extérieures et intérieures et a servi et sert toujours, de ‘dynamiseur’ dans les méditations de groupe pour des centaines de personnes au cours de sa mise au point. L’utilité d’un outil au rayonnement aussi puissant est bien évidemment d’apporter une dimension supérieure aux pratiques spirituelles régulièrement menées dans le cadre du projet GWS dont l’un de ses objectifs majeurs je le rappelle, est de faciliter l’accession à la densité supérieure en cette fin de cycle majeur, au maximum d’êtres humains dans la meilleure perspective possible

Il a trouvé sa forme ‘consolidée’ en juin 2019 après moult expérimentations, et a été nommé ‘Canon’ car son élément central qui sera développé plus bas, a réellement été optimisé pour projeter une énergie depuis la terre vers le ciel ou plutôt, depuis la densité de la matière vers les densités subtiles. Cette projection ‘massive’ d’énergie à travers un champ scalaire au rayonnement harmonieux et bénéfique pour le vivant, a pour but de transmettre une intention collective mais également, c’est sa deuxième fonction, un ‘signal’ à nos alliés galactiques bienveillants, qui détectent facilement dans l’atmosphère les variations du champ morphogénétique planétaire (champ de forme global déterminant dans le comportement des êtres vivants).

Le terme ‘Inter-densité’ fait référence aux différentes densités de conscience qui sont toutes interconnectées car tout ce qui est fait dans notre densité avec force, intensité et conscience, a forcément des répercussions sur les autres plans, peuplés eux aussi. C’est donc un outil qui nécessite une grande conscience et un sens des responsabilités sans équivoque dans sa mise en œuvre de par l’amplification des intentions qu’il projette de manière continue et sur un périmètre mesuré au pendule, de plusieurs milliers de kilomètres. Bien évidemment et comme il a été vu plus haut, c’est une technologie qui répond à des principes quantiques et qui ‘répond’ énergétiquement en fonction de la conscience du ou des opérateurs qui procèdent à des activations géo-quantiques ou des méditations collectives autour de lui.

Ce canon scalaire de masse inter-densité qui est appelé à encore évoluer dans le temps (la version 2 est en cours d’élaboration en octobre 2019), contient à ce jour 22 éléments qui vont vous être détaillés pour que vous puissiez appréhender sa ‘vocation profonde’. Il est à noter que cet outil technologique est systématiquement mis en relation avec la centrale cosmique matricielle Alténia au début de chaque travaux spirituels. Cela donne progressivement plus de ‘consistance’ à son rayonnement au fur et à mesure que le ‘Pélerinage d’Alténia en Provence’ (voir ICPCM), est effectué et chaque séphira activée. Lorsque la dernière séphira nommée Daath, sera activée au niveau du Supervortex Théopolis, il atteindra sa pleine puissance en étant totalement en résonance avec la centrale cosmique.

Les 22 éléments composant le canon scalaire MISC v.1.1 et sa malette de conditionnement. Photo Myrdyn Aéliah - Oct. 2019
Le MISC une fois monté. Photo Myrdyn Aéliah - Oct. 2019
Une trentaine de montages différents a été testée lors de méditations en intérieur et extérieur sur une période de 18 mois avant d'arriver à un montage cohérent et un rayonnement 'bovis' se chiffrant actuellement en millions d'unités. Photos Myrdyn Aéliah - mai 2018 à septembre 2019

Constitution du MISC et technologies utilisées.

Le MISC a été élaboré un peu comme on pourrait le faire avec un vaisseau spatial. Il est constitué de 22 éléments répartis en 4 fonctions : une fonction ‘programmation’, une fonction ‘propulsion’, une fonction ‘focalisation’ est une fonction ‘catalyseur’. Il est bon de récapituler les trois objectifs du MISC pour comprendre la finalité de cette structuration :

1 – Dynamiseur de méditations. Son rayonnement scalaire puissant permet une ‘mise en alpha’ rapide des méditants et une optimisation de leur montée en énergie vers les densités supérieures. Cette ‘montée harmonisée’ lors des travaux extérieurs, dynamise considérablement les activations géo-quantiques sur les zones dénommées ‘ZITHE‘.

2 – Optimiseur de la ‘moisson/ascension’. Préparation des corps psycho-énergétiques et travail conscient sur le champ morphogénétique pour nettoyer l’égrégore collectif des mémoires toxiques et préparer l’avènement du ‘flash solaire’ dans la ‘meilleure perspective possible’.

3 – Signal aux alliés galactiques. Diffusion d’un champ scalaire élargi permettant de signaler aux partenaires I.N.H bienveillants, la position des participants au B.E.S au cours des sorties de l’initiative ‘ICPCM’. Ceci favorise le rapprochement en vue d’un contact de masse planétaire et prépare à l’intégration du groupe FSV ‘mondial’ au sein de la Superfédération galactique en tant que membre galactique à part entière.

Au centre du plateau de la fonction 'programmation', figurent la cartographie du génome humain et la formule 'ARH - Autre Rhésus Humain) transmise par l'être intérieur d'un opérateur (carte visible sur onglet 'Projet AION 2024'). La série de lettres glagolitiques entourant le génome a été transmise par Odile Arajna. Infographie Myrdyn Aéliah - mai 2018.
1 – LA FONCTION ‘PROGRAMMATION’.

La fonction ‘programmation’ signifie l’intention fondamentale posée depuis notre matérialité pour être transmise aux densités supérieures via la mise en œuvre de la technologie MISC. Cette intention fondamentale est à ce jour traduite sur un plateau comprenant plusieurs éléments. Celle-ci cependant, n’empêche pas de poser d’autres intentions complémentaires au début des méditations, ce qui est d’ailleurs systématiquement fait. En effet, après chaque installation de la technologie il est procédé à une intention de mise en résonance de la technologie par son opérateur, avec la centrale cosmique mère (CCM) Alténia. Vous pourrez trouver un petit clip vidéo sur la page ‘La centrale cosmique matricielle‘ de ce site, expliquant brièvement ce qu’est la CCM Alténia et la façon de l’activer, ou directement sur le lien YouTube suivant : lien. Cette mise en résonance est effectuée à l’aide d’un diapason spécial (représenté en bas à gauche) vibrant à 1452 Hz.

Le plateau est un disque en bois précieux de 30 cm de diamètre, gravé du Cube de Métatron, un des symboles les plus puissants de la géométrique sacrée qui superpose l’ensemble des Solides de Platon ainsi que la Merkaba sur une seule et même figure géométrique. A cela s’ajoute, une plaque Tesla d’énergie pourpre  (plaque d’aluminium ayant subie une modification de sa structure moléculaire par le processus de l’anodisation) de 19 cm de diamètre, sur laquelle a été fixé un calque comprenant le génome humain, la ‘formule ARH’ et les caractères glagolitiques (ancêtre du cyrillique russe) représentés ci-dessus. Cette intention de transmutation du virus archétypal de nos ancêtres ‘Musidim’ très lointains (voir ‘Le livre de Nuréa’ d’Anton Parks), et d’évolution favorable de l’ADN humain vers le modèle à 12 brins et 24 spirales de lumière, correspond précisément à ‘l’autre rhésus humain’ ou ARH. Elle est renforcée par un dessin dynamique développé par M. Yann Lipnick (voir site Olivoroï), permettant la régénération de l’ADN et un processus d’auto-guérison. Le dernier élément du plateau est une série de lettres glagolitiques découpées dans du cuivre épais, transmise à travers l’être intérieur d’Odile Arajna, une opératrice du ‘Groupe FSV‘ spécialisée dans la pratique de cet ancien alphabet. Cette série de sept lettres révèle l’intention fondamentale émise à travers ce plateau et ce ‘programme’ qui est : ‘l’ascension globale fulgurante et complète de toute l’humanité’.

2 – LA FONCTION ‘PROPULSION’.
La fonction ‘propulsion’ de la technologie MISC réalise à l’instar d’un vaisseau, la ‘poussée’ de l’énergie vers le ciel depuis la terre en un tournoiement réalisé principalement par ce que l’on nomme des bobines toriques ou Torus. Cette propulsion est constituée à ce jour de sept éléments qui viennent progressivement concentrer l’énergie vortexielle du flux électromagnétique terrestre naturel et le transformer en ondes scalaires selon le processus énoncé en introduction. Ce flux scalaire concentré est ensuite dirigé vers le canon scalaire qui va projeter celui-ci  avec une focalisation maximale, vers le catalyseur servant de support d’intention. Ce principe de propulsion d’une énergie progressivement concentrée et amplifiée est celui utilisé dans nombre de systèmes d’armes utilisés par les forces armées, il est simplement utilisé ici non pas à des fins de destruction mais au contraire, avec une intention d’évolution consciente et bénéfique de l’humanité. Voici les technologies impliquées et brièvement expliquées dans cette concentration et propulsion de champs scalaires :
 
2-1 – LES BOBINES TORIQUES OU GÉNÉRATEURS DE CHAMPS DE TORSION SCALAIRE.
Ces bobines toriques sont des amplificateurs d’énergie communément appelés ‘Rodin torus coils’ (Bobines torus de Rodin) du nom de leur découvreur Marko Rodin qui s’est basé sur un modèle mathématique ‘3,6,9’ imaginé il y a plus d’un siècle par Nikola Tesla (sur ce lien une présentation Youtube – en anglais –  par Randy Powel de cette découverte : lien). Ce chercheur mathématicien prétend avoir découvert dans les années 80, la source du spin (tour) ‘non déclinant’ de l’électron et à travers cela la géométrie sous-jacente de l’univers, ce qu’il appelle : ‘l’empreinte mathématique de Dieu’. La nature s’exprime avec des nombres. La symétrie de notre système décimal est un principe de la nature. Rodin escompte également qu’à l’avenir le code binaire soit remplacé par un nouveau code appelé le triplet binaire qui selon lui va révolutionner les systèmes d’exploitation des ordinateurs. Comme beaucoup de découvreurs de génie avant lui, il a été et continue d’être décrié par les tenants de la science officielle mais il est probable qu’après la phase ‘ridicule’ et ‘dangereuse’, ces nouvelles technologies toroïdales deviennent un jour des ‘évidences’ dans nos vies.
 
Il existe de multiples formes de bobines et différents usages sont possibles pouvant aller du traitement thérapeutique à l’aide de fréquences particulières, à l’harmonisation d’un espace de vie jusqu’à la production d’énergie libre ainsi que bien d’autres usages. Celles qui sont utilisées dans la technologie MISC mesurent respectivement 15 et 22,5 cm de diamètre et sont constituées de résine époxy, de laiton, d’acier, de shungite (couleur noire), de quartz blanc et rose. Ce composé est un mélange de matière organique et métallique permettant l’accumulation de l’énergie tachyonique ou Orgone (définition plus bas).
L’enroulement du fil de cuivre selon des principes mathématiques en phase avec le mouvement énergétique naturel du vivant, permet la formation d’un champ scalaire harmonieux et bienfaisant pour l’être humain. L’effet est ici amplifié par l’interaction entre le champ d’énergie émis par l’enchevêtrement toroïdal du fils de cuivre torsadé et de la matière orgonique contenu dans le corps de la bobine. Les bobines peuvent être connectées à un générateur de fréquences ou comme dans le cas présent, servir d’amplificateur naturel et de convertisseur du champ électromagnétique ambiant par association et résonance.
Les 7 composants du système de 'propulsion' énergétique de champ scalaire - Photo Myrdyn Aéliah - 2019
2-2 – LES HARMONISEURS D’ÉNERGIE.

Les harmoniseurs sont des dispositifs scalaires conçus à partir de fils de cuivre torsadés – excellent conducteur de l’énergie – qui peuvent être plaqués avec de l’argent ou de l’or pour en modifier la conductivité. Au début des années 90 un chercheur dénommé Slim Spurling découvrit qu’une combinaison d’anneaux de fils de cuivre associée à une bobine façonnée en une sphère tridimensionnelle, permettait de créer un flux d’énergie unique et continu. Des recherches ont montré que ces harmoniseurs émettaient un champ lumineux holographique cohérent qui augmentait la fréquence de vibration de l’énergie à proximité et nettoyait l’environnement et les champs d’énergie personnels. Il existe plusieurs tailles et versions du modèle original développé par Spurling, allant du petit pendentif (Personnal Harmonizer), au modèle dit ‘agricole’ diffusant le plus puissamment (Agricultural Harmonizer). Dans la technologie MISC deux harmoniseurs sont utilisés. Le premier, un harmoniseur ‘d’environnement’ qui est une variante du modèle original avec une base orgonique, est placé à l’intérieur de la plus grosse bobine torique (voir image n°2 sur la photo ci-dessus) pour en renforcer ‘l’effet torus’. Le deuxième, est un modèle ‘agricole’ amélioré à très large rayonnement, qui a été intégré directement dans le ‘canon scalaire’ (photo à gauche) pour également optimiser son rayonnement.

2-3 – L’ÉMETTEUR OCTOGONAL ET l’ANTAHKARANA ( MISC version 1.2)
Au XXe siècle, des chercheurs émérites (de Bélizal, Turenne, Bovis, Chaumery) ont redécouvert ce que les constructeurs des pyramides et des cathédrales savaient déjà, certaines formes remplissent un rôle en accord avec leur signification symbolique. La forme Octogonale séparant sur le MISC les deux bobines toriques, fait partie de ces formes très utilisées en radionique (domaine de la radiesthésie lié aux actions à distance par les ondes de formes), pour sa puissance élevée d’émission et de réception d’onde de forme.  A cette forme composée d’une structure de bois d’ébène, a été apposé un graphique Antahkarana (voir image n°3 photo ci-dessus). L’Antahkarana qui en sanscrit signifie ‘pont’, est une autre onde de forme très puissante. Il agit précisément comme pont entre le Soi conscient et le Soi supérieur et c’est pourquoi il s’intègre au système ‘propulsif’ du MISC. L’intention affirmée à travers ce ‘placement stratégique’ est celle de faire passer l’énergie scalaire depuis sa vibration où elle nourrit notre corps de matière, vers celle de la dimension de l’esprit supramental. Ce symbole ancien qui reprend les symboles solaires de la Svastika indienne et du Triskell celte, a été transmis à l’occident il y a quelques décennies par des lamas tibétains qui assuraient eux-même cette transmission de génération en génération. Il est associé ici au très puissant nom de Dieu Yod-Hé-Wav-Hé de la kabbale, agrémenté en son centre de la lettre de feu hébraïque ‘Shin’, qui vient former ainsi le véritable nom du Christ ‘Yéshoua’. Jésus-Christ est en effet avec Marie-Madeleine, les deux entités de lumière archétypales reliées à cette technologie dédiée à l’ascension collective.
2-4 – LES AIMANTS NÉODYME.
Dix aimants Néodym N52 d’un diamètre de 25 mm ont été placés au verso de l’émetteur octogonal. Ces aimants composés d’un  mélange de néodyme-fer-bore sont actuellement les plus puissants des aimants commercialisés et ont un champ électromagnétique important, variant selon la taille et la qualité du matériau utilisé. L’énergie magnétique déployée est désignée par la lettre N suivie d’un nombre : 40, 42, 45, 52 etc. Par exemple, la magnétisation très élevée des aimants N52, possède une force d’adhérence sensiblement plus élevée que des aimants de même taille ayant une magnétisation standard N42.
La magnétothérapie ou science faisant appel aux aimants pour soigner certaines affections, est connue depuis l’antiquité mais en raison d’absence de preuves scientifiques mesurables, n’est pas reconnue par la médecine comme une thérapeutique viable. Selon l’hypothèse la plus répandue, les champs électromagnétiques influenceraient le fonctionnement des mécanismes biologiques en stimulant les cellules. Dans la technologie MISC ce n’est pas la thérapie qui est visée mais le renforcement du champ électromagnétique qui au final pourrait avoir des vertus guérisseuses en fonction du psychisme des opérateurs selon la théorique quantique de l’observation/intrication.
2-5 – LES CAPTEURS VORTEX DE FLANAGAN.

Le dernier élément se trouvant au recto de l’émetteur octogonal est un capteur vortex de Flanagan.  Le Docteur Patrick Flanagan a utilisé ce puissant design toroïdal dans les années 1970 et 1980 pour la création de disques sensoriels expérimentaux. Ce type de capteur a été développé sur la base du nombre d’or en mesurant scientifiquement l’énergie cosmique continuellement diffusée à partir de la pierre angulaire d’une pyramide, correctement conçue et alignée magnétiquement. Cet outil est donc basé sur la géométrie sacrée et les mesures physiques de la grande pyramide de Gizeh en Égypte. Le capteur Flanagan fonctionne comme résonateur pour l’énergie vitale, il est ainsi capable d’affecter n’importe quelle matière organique vivante (y compris l’homme) de manière positive et bénéfique.

Le docteur Philip Callahan, de l’Université de Floride, a examiné le capteur Flanagan au moyen d’un appareil de ‘transformation infrarouge du spectromètre de type Fourrier’ et a certifié son efficacité en tant que résonateur pour les énergies FIR (‘Far Infrared’ : une énergie infrarouge dans la couverture de longueur d’onde est de 1 à 10 microns). Les études scientifique ont montré que ce spectre de puissance exact est particulièrement important pour les processus biologiques dans tous les systèmes vivants. La NASA a également travaillé dans le cadre du programme spatial avec les énergies FIR, car une exposition adéquate à ce type de rayons infrarouges  favorise la guérison en dynamisant et rajeunissant les cellules, en améliorant la circulation sanguine et en augmentant le taux métabolique.

2-6 – L’ORGONITE ET LA FLEUR DE VIE.

La technologie MISC utilise largement cette matière faite d’un mélange à base de résine contenant des cristaux, des  métaux et  d’autres additifs, qui a été développée par des inventeurs sur la base des travaux de Wilheim Reich. Ce médecin psychiatre de la première moitié du XX ème siècle, effectua des expériences sur la bio-électricité qui était d’après lui composée de particules qu’il appelait bions. Après de nombreuses expériences réalisées avec des personnes placées dans des cabines composées de couches alternées de matériaux organiques et inorganiques, il découvrit des effets revitalisants et nomma ces cabines des accumulateurs d’Orgone. Ce terme ‘Orgone‘ fait référence au début d’orgasme  ressenti par ces personnes dans les cabines de Reich, énergie qu’il considérait comme bienfaisante et qu’il avait beaucoup étudié en tant que psychiatre et psychanalyste. Le terme ‘Orgonite‘ a été inventé dans les années 90 par Karl Welz lorsqu’il découvrit qu’un mélange de résine (matériel organique) et de copeaux de métal (matériel inorganique) semblait encore plus efficace que les accumulateurs de Reich. De nos jours il existe une grande créativité sur ces nouveaux outils d’énergie libre, où toutes les formes possibles et imaginables sont élaborées.

La Fleur de Vie est un symbole puissant qui se retrouve dans de nombreuses cultures et religions.  Sa beauté et sa perfection mathématique révèle les modèles de la création et du processus de renouvellement perpétuel de la vie. La Fleur de Vie qui est représentée par plusieurs cercles qui se superposent et s’entrecroisent, est un concentré du nombre d’or à travers la suite mathématique dite de Fibonacci. Le point de départ est le cercle central. De son centre se développe une structure géométrique de base qui illustre que toute forme de vie qui se déploie d’une seule source telle une division cellulaire. Les divisions cellulaires se poursuivent jusqu’à ce que chaque forme de vie ait atteint la forme harmonieuse qui lui convient. La fleur de vie régénère, rééquilibre et dynamise l’énergie, notamment les molécules d’eau.  Incorporée aux produits, l’eau qu’ils contiennent est en permanence invitée à se souvenir de ce ‘code originel’. L’eau s’ordonne à son contact de façon symétrique, comme en témoigne l’hexagone, sa structure de base. Cet hexagone se retrouve exactement dans la Fleur de Vie.

2-7 – LES ANNEAUX TENSEURS ET LA ‘TRIPLE ENCEINTE SACRÉE’.

La technologie des anneaux tenseurs a été découverte par le même chercheur et bio-alchimiste Slim Spurling (1938-2007) que les harmoniseurs décrits plus hauts . Ces derniers sont d’ailleurs issus des anneaux tenseurs. Tout a commencé par un fil de cuivre torsadé découpé d’après une longueur mathématique exacte nommée ‘coudée’ (‘cubit’ en anglais). Ce terme vient de l’Egypte ancienne où on utilisait le terme ‘coudée’ comme mesure de longueur de la même façon que nous utilisons le terme ‘centimètre’ ou ‘mètre’ dans notre ère moderne.

En ramenant les extrémités du fil de cuivre torsadé sur lui-même pour former un anneau, on crée ainsi un espace ouvert et actif qui produit une source d’énergie infinie. Cet espace énergétique se nomme le champ Tenseur. Cette source d’énergie infinie n’est ni d’origine électrique ni d’origine magnétique et a un effet bénéfique sur toutes les formes de vie.

Les anneaux tenseurs comme les harmoniseurs, sont des  super-conducteurs qui neutralisent les champs magnétiques nocifs. Ils apportent de l’harmonie et stabilisent très facilement les champs d’énergie bio-magnétique du corps. Le champ Tenseur exerce un effet Terre / Gravité mesurable et est reconnu pour son utilisation dans la cicatrisation,  la restructuration de l’eau, et des milliers d’autres applications possibles. Cette technologie repose sur la science mais va bien au-delà de la réalité appréhendée par la plupart des sciences actuelles.

Selon la longueur en coudée utilisée, un anneau tenseur rayonnera une fréquence harmonique différente d’un autre. Il est possible d’avoir des longueur en coudée (full cubit), demi-coudée, quart de coudée voire en 1/8ème de coudée. Les coudées les plus utilisées sont : 

1- La ‘coudée sacrée’ ou ‘royale’ (sacred / royal cubit), est issue des mesures de la chambre du roi dans la grande pyramide de Guizeh. L’anneau tenseur ayant une longueur d’une coudée sacrée soit 52,4 cm, émettra une fréquence de 144 MHz.

2 – La ‘coudée perdue’ (lost cubit), est issue du rapport soleil-lune-terre établi par une formule de calcul mathématique. L’anneau aura une longueur de 59,67 cm et produira une fréquence de 177 MHz. Cette fréquence harmonique permet la connexion avec la dimension éthérique et astrale.

3 – Découverte par Slim Spurling, la ‘coudée de la responsabilisation’ (empowerment cubit), a elle une longueur de 73,3 cm et permet de produire une fréquence de 188 MHz. Cette fréquence harmonique résonne avec la glande pinéale et à la réalité interdimensionnelle.

Il existe une multitude d’autre coudées que l’on peut tester si on est motivé et passionné par ce type de technologies. Concernant la technologie MISC ce sont 3 anneaux tenseurs réalisés sur mesure qui sont actuellement utilisés avec la coudée dite ‘galactique’ (galactic cubit). Cette coudée d’une longueur de 61,87 cm, a été découverte par deux radiesthésistes qui se sont connectés à leur Soi supérieur pour déterminer une longueur spécifique à l’ascension de conscience.  La coudée galactique  a donc été choisie car elle facilite la connexion et le travail avec l’être intérieur qui est la base de fonctionnement du ‘Groupe FSV’. Le premier anneau d’une coudée est posé à terre. Le deuxième d’une demi-coudée est à mi-hauteur du canon-scalaire et le troisième d’un quart de coudée est à l’extrémité supérieure du canon.

Cette disposition s’inspire de la science de la ‘triple enceinte sacrée’ issue de l’Atlantide qui a ensuite été reprise par les celtes dans la roue-croix druidique ou Rodabellug, avec les trois mondes représentés par les cercles Keugant, Abred et Gwenved. De la même façon, les menhirs ont été implantés par les anciens sur des points énergétiques particuliers correspondant à des croisements de réseaux telluriques ou ‘veines du dragon’. Une triple enceinte énergétique est émise autour de ces mégalithes qui demandent à être approchés de manière respectueuse et progressive. /I\

Un bel exemple de créativité : la diversité des longueurs et formes des anneaux tenseurs et équivalente à celles des orgonites. A gauche : Slim Spurling 'l'initiateur'. A droite : photo 'kirlian' de l'aura d'un anneau tenseur prouvant la réalité de son rayonnement.
Les 3 anneaux tenseurs en 'coudée galactique' positionnés dans la technologie MISC. Photo Myrdyn Aéliah - 2019
La roue-croix druidique avec les 3 cercles sacrés, Keugant (le monde de l'absolu), Abred (le monde terrestre) et Gwenved (l'ascension suprême auprès de Dieu). Cette roue-croix réunie les connaissances de la tradition orale des druides.
3- LA FONCTION ‘FOCALISATION’.
Une fois l’énergie ayant été programmée avec les intentions adéquates à l’aide du plateau de ‘programmation’, puis concentrée par les bobines toroïdales pour lui faire prendre une forme vorticielle et une orientation ascensionnelle, il va s’agir ensuite de focaliser à l’extrême cette énergie vers un ‘point d’impact’ comme le ferai un laser. C’est là qu’intervient le ‘canon scalaire’ qui est une technologie combinant une matrice d’orgonite, avec des anneaux tenseurs, des aimants Néodym et des tubes de cuivre qui vont servir de canon d’énergie comme le ferai une arme avec un projectile. Cette technologie se nomme chembuster, contraction de ‘chemical buster’ (dissipateur chimique) qui est un dérivé du cloudbuster (dissipateur de nuages) de Wilheim Reich. La technologie MISC utilise un chembuster qui a subi de nombreuses modifications énoncées ci-dessous.
3-1- LES CHEMBUSTERS.
Les chembusters ont été élaborés par un inventeur américain nommé Don Croft qui souhaitait lutter contre les chemtrails, (contraction de ‘chemicals trails’ –  ‘trainées chimiques’). Ces chemtrails seraient selon la théorie conspirationniste, des trainées de condensations chimiques délibérément émises par le passage des avions en haute altitude pour d’obscures raisons. Peu importe la véracité des raisons qui ont conduit à la création des chembusters, toujours est-il que leur efficacité a été éprouvée par des milliers d’utilisateurs dans le monde vis-à-vis de leur capacité à projeter de l’énergie tachyonique vers le ciel et parfois à de très hautes altitudes.
3-2- LE CANON SCALAIRE (CHEMBUSTER MODIFIÉ)

Le ‘canon scalaire’ du MISC a été élaboré à partir d’un chembuster modifié spécialement conçu dès l’origine, dans un objectif de réparation de l’ADN/ARN et non de lutte contre une menace hypothétique. La matrice d’orgonite se compose de plusieurs particules métalliques et de poudre de cristal. Dans les tubes de cuivre se trouvent des diamants de Herkimer (cristaux naturellement bi-terminés d’une grande pureté et luminosité). Il a été modifié dans un premier temps comme il a été montré plus haut, dans sa structure centrale par l’adjonction d’un harmoniseur dit ‘agricole’, c’est-à-dire au très large périmètre de rayonnement. Les autres modifications consistent en :

– l’adjonction à sa base d’une antenne de Lakhowsky, un disque de  10 cm de diamètre conçu comme un dispositif radionique dérivé des travaux de Georges Lakhovsky, un chercheur écrivain du début du XXème siècle. Cette ‘antenne’ fonctionnant comme un circuit oscillant corrigeant les ondes électromagnétiques, fut développée dans un but thérapeutique et eu quelques succès dans les années 30.

– De même, dans sa partie supérieure, a été ajoutée dans chacun des six tubes de cuivre du chembuster, une baguette en laiton. Cet outil énergétique vibre dans la 5ème densité à travers une mesure sacrée connue sous le nom ‘d’unité standard de Teotihuacan’. Ces baguettes existent sur un plan dimensionnel supérieur et permettent d’ancrer l’énergie dans le physique à travers cette mesure. Nous sommes là non pas dans la superstition ou la magie, mais précisément dans le domaine de la physique quantique à travers un de ses principes de base nommé ‘superposition quantique’.

Le canon scalaire. Photo Myrdyn Aéliah - 2019
3-3- LE GÉNÉRATEUR SCALAIRE DE L’ALLIANCE GALACTIQUE.
Cet extraordinaire générateur d’ondes scalaires émane d’un ingénieur d’origine autrichienne nommé Peter Hangya, en collaboration avec l’alliance galactiqueGirk Fit Niir‘. Cette alliance est une association de sept races galactiques différentes et bienveillantes ayant pour objectif d’aider et d’assister l’humanité tout au long de son processus d’ascension de la conscience. L’émetteur ‘FRD – Emitter’ évoqué ici, fait partie d’une gamme de générateurs très perfectionnés, élaborés à l’aide ces intelligences non-humaines. La conception fractale laisse apparaître 145 triangles quantiques permettant l’émission d’un champ scalaire harmonieux et étendu. La plaque de base centrale crée un vortex tandis que les trois plaques latérales à travers leurs motifs fractals, créent un effet de compression et de stabilisation de l’énergie. Utilisé seul ou associé à d’autre technologies depuis deux ans par le ‘Groupe FSV‘ Sud-Est au cours de ses méditations, il  a montré ses très nombreux avantages spirituels et de guérison. Trois différents émetteurs de la gamme ‘Girk-fit-niir’ ont été testés et ceux-ci se sont tous révélés très performants et représentent sans conteste  ce qu’il y a de plus élaboré et novateur dans le domaine de la technologie scalaire quantique accessible au publique (vidéo YouTube mise en ligne par l’inventeur : lien).
La technologie F3D (emetteur scalaire tridimensionnel) dans son conditionnement (construction personnelle) et la technologie Rapture (triskell quantique) de l'alliance Girk-Fit-Niir. Photo Myrdyn Aéliah - Jan. 2020.
4- LA FONCTION ‘CATALYSEUR’.
Une des définitions du terme ‘catalyseur’ est la suivante : ‘Élément qui provoque une réaction par sa seule présence ou par son intervention’. Dans la technologie MISC ce sont quatre catalyseurs qui vont réceptionner l’énergie émanant du ‘canon scalaire’ et provoquer une ‘réaction’ prenant la forme d’une intrication quantique avec une matrice géo-quantique située dans les densités supérieures. Cette ‘mère-veilleuse’ avec laquelle la technologie s’intrique progressivement de plus en plus rapidement et fortement au fur et à mesure des activations sur le terrain, est la centrale cosmique matricielle (CCM) Alténia (présentée dans la partie ‘support’ de ce site). L’intérêt d’une intrication quantique entre cette super matrice géo-quantique et la technologie MISC est que, l’espace d’une activation et méditation collectives,  un des catalyseurs situés dans la plus haute partie de la technologie va représenter notre planète Gaïa et sa grille énergétique christique (ou de lumière). C’est donc par un phénomène de résonance que nous œuvrons sur le champ morphogénétique global en canalisant d’une part, à travers les différents générateurs scalaires une énergie tellurique et électromagnétique vers le haut d’autre part, une énergie cosmique depuis de la CCM qui est ramenée vers le bas. Le point de jonction de cette énergie cosmo-tellurique étant précisément un support nommé ‘Terre diamant’ représentant le psychisme de l’humanité sur lequel nous pouvons focaliser notre intention collective avec un maximum d’efficacité et un minimum d’effectif.
4-1 – LA TERRE DIAMANT (CATALYSEUR 1)

La ‘Terre diamant’ (représentée sur l’image de droite) est un artefact imaginé par un chercheur spirituel français (enfin une création française) nommé Jérôme Boujon. Celui-ci a imaginé un outil permettant de faciliter l’activation de la grille de conscience collective de lumière qui entoure la Terre.  Ce magnifique outil spirituel est une sphère de verre de 80 mm de diamètre comprenant des formes gravées qui sont autant d’informations quantiques que l’on va pourvoir engrammer pour interagir avec elles ou en recevoir les influences et effets. Ces formes sont les suivantes :

1- une étoile tétraédrique, communément appelé ‘Merkaba’ (véhicule de lumière), qui est la représentation de notre énergie dans la densité supérieure. Elle représente l’union équilibrée et parfaite des deux polarités – masculine et féminine – que nous avons tous en nous.

2- Une mappemonde représentant la Terre et tous les continents.

3- La grille d’énergie christique de lumière (‘Christ’ ici étant compris comme la pure vibration de l’amour/lumière et non pas une entité affiliée à une religion). Son inventeur l’a baptisé ‘diamant’ pour indiquer la beauté et pureté de ce treillis de lumière qui représente la grille de conscience planétaire en 5ème densité.

Vous pourrez trouver plus d’information sur cet artefact si vous le désirez en tapant sur le web ‘Terre diamant’ et en visualisant le vidéo YouTube suivante : lien.

4-2 – LE SALVATOR (CATALYSEUR 2)

Le Salvator est un artefact d’origine russe utilisé dans le domaine de la médecine quantique. Cet outil spirituel permet selon son inventeur le docteur en psychiatrie Oleg Shevchenko, de s’ancrer dans la conscience humaine en amenant des actions constructives au sein du champ sémantique intérieur. Ce champs est la partie de notre conscience qui reflète la réalité avec laquelle on interagit, en créant le modèle de réalité qu’elle souhaite voir se manifester dans sa vie. Il est pourvu de symboles qui correspondent à des programmations de l’inconscient ou ‘codes type’. Il a été élaboré dans l’objectif d’extraire et d’absorber de façon illimitée tel un mini trou noir, les expériences négatives et les tendances aux mauvaises actions et habitudes qui constituent 70% de l’inconscient. Le programme anthropocentrique du Salvator considère l’homme comme un micro-univers, c’est ainsi que en tant que trou noir absorbant, cet artefact est idéalement placé dans la technologie MISC en dessous de la représentation de Gaïa.

La particularité du Salvator est qu’il est le fruit d’un travail scientifique dans le domaine des neurosciences, mené à l’université d’État du Kouban à Krasnodar, et repris par la suite dans d’autres universités russes. Cette technologie sémantique qui est mise en action avec deux protocoles syntaxiques de programmation, est composée d’un alliage en bronze et possède 3 cercles. Le premier représente l’espace, la naissance des planètes et la vie sur celles-ci. Le second cercle symbolise la pureté de la conscience humaine exempte de toute distorsion. Le troisième représente l’océan qui est à la base de toute vie, symbolisé par les écailles de poisson en guise de protection. Au centre se trouve le trou noir, l’horizon des évènements avec le symbole de l’étoile noire, qui a été élaboré avec de la poussière de météorite pour permettre la reliance cosmique.

A une certaine étape de sa fabrication il est immergé dans les profondeurs de la mer Noire entre 150 et 200 mètres  de profondeur pour entrer en contact avec une couche spéciale du milieu marin : Le sufure d’hydrogène saturé ou monimolimnion de Pontian (ou pontique). Cette matière forme la couche superficielle des sulfures métalliques – l’étain et le cuivre – utilisées dans la fabrication de l’artefact. Ces sulfures fournissent la conductivité énergétique optimale du Salvator en contact avec la peau, et le transfert correct des impulsions et des sensations vers les récepteurs du corps pendant les communications. Sur ce lien une interview très intéressante de l’inventeur : vidéo YouTube.

4-3 – LE CUBE DE MÉTATRON (CATALYSEUR 3).

Le troisième catalyseur qui a déjà été évoqué plus haut car il fait partie de la fonction ‘programmation’, est une nouvelle fois utilisé dans la partie supérieure de cette technologie. Le Cube de Métatron est une figure géométrique sacrée créée à partir de la ‘Fleur de vie, qui superpose l’ensemble des Solides de Platon (5 formes géométriques liées aux 5 éléments) ainsi que le Merkaba (terme masculin) sur une seule et même figure géométrique.

Le nom qui lui est donné vient d’une légende qui affirme qu’il aurait été transmis à l’humanité par l’Archange Métatron qui est le recteur des Archanges. Cet être suprême règne sur la séphira ‘Kether’ (La couronne), la plus haute séphira de l’arbre de vie de la Kabbale. Le Cube de Métatron représente donc un ‘Mer-Ka-Ba’ (Dans l’Égypte antique : ‘Lumière-Esprit-Corps’) , un véhicule de lumière permettant de se relier directement à l’énergie et à la conscience Métatronique, qui est la plus haute conscience accessible à un être humain incarné. Situé sur la technologie MISC à la base de la ‘Terre diamant’ (voir photo ci-dessus),  il permet ‘d’engrammer’ le champ lumineux de ce Merkaba autour de la sphère Gaïa en l’intégrant à la grille christique et à l’étoile tétraédrique représentées en son centre.

 

4-4 – LE DIAPASON SONOTEST INES (CATALYSEUR 4).

Le Sonotest est un diapason cosmique ayant dans notre opératif, avant tout un rôle d’activateur et de connecteur quantique. Il est un élément annexe de la technologie mais néanmoins indispensable. Son rôle est de ‘mettre en route la machine’ en quelque sorte, en délivrant un signal sonore stable et constant tout autour et au-dessus du MISC, et en mettant en résonance celle-ci avec la centrale cosmique matricielle, Alténia grâce à une visualisation et un protocole d’activation. Le Sonotest INES qui est l’abréviation de : ‘Indicateur des Niveaux d’Énergies Subtiles’, a été créé par Yannick Van Doorne, un ingénieur belge en agriculture et biotechnologie.

Le Sonotest, est également appelé ‘chakras test’, car il a initialement été élaboré en vue de donner une indication des niveaux d’énergies subtiles de chaque centre énergétique. Les modèles de diapason sont fabriqués par M. Van Doorne de façon artisanale sur mesure et en fonction des matériaux, fréquences et couleurs choisies. Comme il n’y en a pas deux exactement pareils, cela lui accorde une qualité et couleur sonore « sensitive » unique.  La fréquence de cet instrument harmonique qui résonne à 1905 hz,  a été déterminée par un groupe de chercheurs géobiologues qui avaient le souhait de créer un outil de diagnostic et de soin énergétique en relation avec l’énergie du soleil.

Le MISC version 2 (janvier 2020).

Le canon scalaire interdensité de masse (MISC) version 2 est un montage plus puissant que la version présentée ci-dessus ajoutant en cela plusieurs technologies et notamment l’ancienne technologie des écoles de mystères qu’est la clé Ankh. Cette ‘croix de Vie’ en cuivre de 32 cm de hauteur et 16 cm de large, ayant des propriétés de transmutation et de matérialisation énergétique qu’il serait trop long de développer ici, a été réalisée avec une embase ‘Djed’ particulière de 3 disques concentriques réalisés sur la base du nombre d’or d’après la science de la ‘triple enceinte sacrée’. Elle est associée de plus à un autre piler Djed celui-ci plus classique, de 4 disques ‘concentrateurs’,  permettant d’accroitre l’onde scalaire dont la focalisation se fait au niveau de l’intersection entre les bras et l’anse de la croix.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’origine et les opératifs vibratoires de ces puissantes technologies des hiérophantes de l’Égypte antique, je vous recommande d’étudier particulièrement les ouvrages du tandem Guy-Claude Mouny/Guy Gruais et du tandem Jacques Bersez/Albert Masson, mentionnés dans la partie ‘Technologies scalaires’ de l’onglet ‘Glossaire & Bibliographie’ du site : lien.

La clé Ankh et son pilier djed intégrés dans la version 2 du canon scalaire interdensité de masse (MISC) - Photo Myrdyn Aéliah - jan. 2020.
En haut : la clé Ankh ou 'clé de Vie' est une technologie utilisée par les Soliénatus en Egypte après l'engloutissement de Poséidia en Atlantide. .En bas : les différents éléments complémentaires de la version 2 du MISC. Photo Myrdyn Aéliah - Jan. 2020.

Conclusion.

Lorsque qu’un cheminement spirituel est emprunté passionnément et durablement avec sérieux, les ‘humanophages’ comme je les nomme, se risquent non seulement à l’attaque frontale mais peuvent aller jusqu’à se densifier ou pour le moins, user de la matérialité afin de ralentir voire détruire toute quête sincère et constante. Non seulement parce que cette dernière est un affront à leur propre vacuité et autosuffisance, mais aussi parce qu’au plus l’énergie d’un homme s’affine et s’élève vers les densités supérieures, plus sa ‘consistance’ spirituelle est appréciable et recherchée par ceux qui ne peuvent plus en bénéficier autrement qu’en la vampirisant ou en la détournant.

Au cours de ces trois décennies de recherches et d’expérimentations d’abord dans le domaine de la radionique puis celle de l’énergie scalaire, j’ai en tant qu’opérateur, croisé nombre de ‘docteurs de la loi’ et ‘pharisiens de l’esprit’ qui déployaient une énergie phénoménale à saper les travaux d’autrui sans réellement produire à leur niveau quoique ce soit de significatif. J’ai découvert plus tard que la plupart de ces êtres servaient malgré eux de ‘véhicules’ inconscients à des forces ‘subtiles’ attachées à la survie de leur espèce prédatrice et manipulatrice. C’est bien souvent hélas, dans les esprits les plus fièrement attachés à leurs connaissances académiques que cette manipulation insidieuse s’établit. L’expérience m’a démontré que l’humilité est la principale valeur permettant de cheminer en toute sécurité vers une conscience élargie et établie dans la densité supérieure. Dès que la moindre pensée de supériorité vis-à-vis de qui que ce soit s’immisce dans l’esprit, déjà nous nous mettons à disposition de ces forces et nous nous détournons de la véritable voie initiatique.

Tout cela pour dire que dans tout ce qui est présenté ici, rien n’est considéré comme vérité absolue, rien n’est à vendre, rien n’est espéré de la part de quiconque et rien d’autre n’est désiré que faire preuve de transparence dans le cadre du projet GWS. Cette page est principalement dédiée aux chercheurs humbles et autodidactes et également, à ceux qui en aspirant apporter leur contribution à ce projet, souhaiteraient connaître précisément les outils utilisés et les intentions qu’ils revêtent. Pour les autres, je vous souhaite de ne pas succomber au syndrome ‘donquichotesque’ et de réaliser au contraire vos propres expériences dans la paix et l’harmonie pour commencer à co-créer un monde délivré de la peur et des souffrances.

/I\ Non nobis Domine, non nobis sed nomini Tuo da gloriam /I\